Articles de Joseph Ponnier (avec son autorisation)
 
 
Le Maillot comme un Arc
Une interessante perspective de Joseph Ponnier à contre courrant des habitudes et idées reçues: il pronne l'abandon des maillots trop sérrés, justifiant sa position par une analogie avec l'arc trop tendu qui se vrille. Les maillots trop sérrés seraient la cause des accidents récents (trajectoires erratiques des coudes).
Le vrillage de l'Arc
Joseph utilise l'analogie avec l'arc trop endu qui se vrille en "S" quand on appuie dessus pour expliquer les trajectoires incroyables que l'on a pu constater parfois. L'analogie ne manque pas de pertinence. A contre-courrant (comme souvent avec Joseph) de l'habitude de porter des maillots trop sérrés, Joseph met en avant la maîtrise du maillot plutot que sa taille. Le cap du passage des coudes devient, dans cette perspective, l'élément clé.
Le maillot trop sérré est présenté comme la cause des trajectoires tombant sur le ventre, ou sur la tête !
La Ligne critique des coudes
Le Maillot vu comme un arc qui se tend vers l'extérieur.
Le maillot sérré comme rendant impossible la mise en tension normale vers le buste et aboutissant à sa dangereuse tension.
Conséquences sur les largeurs de prise
Joseph creuse plus loin son analyse, montrant que la prise sérrée pousse le maillot à se détendre en phase basse pour se retendre en suite.

 
Analogie Handisport et Maillot
Toujours fidèle à sa très iconoclaste façon de présenter les choses, Joseph Ponnier fait une analogie entre le Développé Couché équipé et la poussée en positif propre au mouvement handisport en DC. C'est là une de ses idées phares, qu'il a eu l'occasion de développer en ma présence et à laquelle il tient beaucoup.
La fameuse ligne des 15cm où travaille le maillot (point critique du passage des coudes) correspond à la hauteur des supports sur laquelle est placée la barre en handisport. La phase excentrique (descente) est absente en handisport.
Joseph pousse l'analogie Handisport-DC-valide en comparant les sangles posées sur les genoux dans le premier cas avec les appuis des pieds dans le deuxième: Il montre qu'en appuyant sur les pieds on pousse horizontalement le corps en direction de la tête qui ne bouge pas et qui pousse donc le "transfert" à se faire verticalement au niveau des homoplates.
"Gagner de la hauteur" est la clé, tout le monde le sait. Beaucoup pensent à bomber le torse (aller chercher la barre avec le buste pendant la descente), d'autres "pontent", mais peu pense à rentrer les homoplates dans le creux du dos pour gagner de l'épaisseur grâce aux dorsaux.

C'est là que Joseph introduit SA théorie perso: la fameuse "poussée en positif". Et franchement, ça vaut le coup de s'y interesser. Son idée est que puisque le maillot effectue la grande majorité de l'effort des 15 premiers centimètres, il ne faut pas attendre que ce dernier nous "donne le relai" au delà de cette limite, mais au contraire démarre explosif dès le début pour que le "transfert" se fasse de façon fluide.
Les proportions entre le DC équipé et le mouvement RAW sont, selon Joseph, les mêmes que celles existant entre le mouvement handisport et le mouvement valide RAW, soit environ 25%. C'est très interessant, et la raison est qu'en Handisport le fait que la barre soit posée à 15cm au dessus de l'athlète correspondait à la zone de travail du maillot. L'analogie est parfaite.